Informer sur les fins de carrières

Il existe des dispositifs spécifiques de fins de carrière : la retraite progressive et le cumul emploi retraite. Retrouvez les informations nécessaires pour mieux accompagner vos salariés concernés. Vous pouvez également solliciter votre caisse de retraite complémentaire pour organiser une réunion d’information retraite, à l’intention des salariés de votre entreprise.

La retraite progressive

La retraite progressive est un dispositif d’aménagement de fin de carrière. Le salarié peut poursuivre une ou plusieurs activités à temps partiel tout en percevant une fraction de ses retraites de base et complémentaires. Le montant de la retraite perçu lors de cette période est recalculé au moment du départ définitif à la retraite.

Ce dispositif concerne les salariés qui travaillent à temps plein mais également ceux qui travaillent déjà à temps partiel.

Conditions à remplir

Pour bénéficier de la retraite progressive, le salarié doit remplir trois conditions :

  • avoir atteint l’âge de 60 ans,
  • avoir au moins 150 trimestres d’assurance validés, tous régimes de base confondus,
  • travailler à temps partiel, ou si le salarié est à temps plein, obtenir votre accord pour passer à une activité à temps partiel. La somme des activités à temps partiel doit être comprise entre 40 % et 80 % de la durée légale ou conventionnelle du travail applicable dans l’entreprise ou dans la profession. La durée légale du travail doit être exprimée en heures réparties sur la semaine ou le mois.

Certaines catégories de salariés ne peuvent pas bénéficier de la retraite progressive :

  • les salariés ayant conclu une convention de forfait jours,
  • les VRP sauf dans les cas où ils sont soumis à un horaire de travail précis,
  • les mandataires sociaux ou dirigeants de sociétés. 

Les cotisations de retraite complémentaire sont prélevées sur la rémunération du salarié en retraite progressive selon des modalités identiques à celles qui s’appliquent aux autres salariés de l’entreprise. En contrepartie des cotisations prélevées, le salarié obtient des points de retraite. S’il a votre accord, le salarié concerné peut cotiser pour sa retraite complémentaire sur la base d’une rémunération à temps plein pour son activité à temps partiel, à condition de cotiser également sur cette base à l’assurance vieillesse.

Au moment où le salarié cessera totalement de travailler, une nouvelle liquidation de sa retraite complémentaire sera effectuée. Son montant sera recalculé en tenant compte des points obtenus pendant la retraite progressive. Il bénéficiera alors de la totalité de sa retraite complémentaire.

Attention : la reprise du travail à temps plein entraine l’arrêt définitif du bénéfice du dispositif de retraite progressive.

Montant de la retraite progressive

Si vos salariés disposent du nombre de trimestres d’assurance exigés pour obtenir leur retraite de base à taux plein, ils bénéficient d’une partie de leur retraite complémentaire à taux plein.

Si leur nombre de trimestres est inférieur à celui exigé, le montant de leur retraite complémentaire progressive est minoré temporairement 

La fraction de retraite servie dépend du pourcentage d’activité qui doit correspondre au maximum à 80 % d’un temps plein et au minimum à 40 %.

Les salariés qui bénéficient d’une retraite progressive ne sont pas concernés par le dispositif de minoration/majoration temporaires.

Les démarches

La retraite progressive nécessite l’accord des deux parties. En tant qu’employeur, vous ne pouvez en aucun cas imposer une retraite progressive à vos salariés. Vous n’avez pas non plus l’obligation de l’accepter, si c’est le salarié qui demande à en bénéficier.

Le salarié doit demander sa retraite progressive à son régime de retraite de base d’une part et à l’Agirc-Arrco, d’autre part, en se connectant sur son espace sécurisé Agirc-Arrco.

À noter : vous ne pouvez pas vous opposer à la demande d’un salarié qui dispose d’un compte personnel de prévention de la pénibilité doté d’au moins 80 points. La retraite progressive implique un avenant au contrat de travail.

Cumul emploi retraite : reprise d’activité

Une fois à la retraite, un retraité peut reprendre une activité professionnelle, en France ou à l’étranger.

Dans le cas d’une reprise d’une activité salariée, le salaire pourra dans certains cas se cumuler avec la retraite.

Aucun délai n’est prévu pour reprendre une activité professionnelle, salariée ou non.

Mieux comprendre la retraite complémentaire

Pour en savoir plus sur la retraite complémentaire Agirc-Arrco, retrouvez nos vidéos explicatives sur notre chaîne Agirc-Arrco

Cumul emploi retraite : les démarches

Les retraités doivent prévenir leur caisse de retraite complémentaire avant de reprendre une activité professionnelle. La caisse leur indiquera les conséquences de la reprise d’activité sur le versement de leur(s) retraite(s) complémentaire(s).

Conditions du cumul emploi retraite

En cas de reprise d’activité, si vous avez obtenu toutes vos retraites personnelles obligatoires, vous pouvez cumuler votre (vos) retraite(s) complémentaire(s) et les revenus procurés par votre activité, sans limite de ressources :

  • si vous avez atteint l’âge de la retraite entre 65 et 67 ans en fonction de votre date de naissance
  • ou si vous avez au moins 62 ans et la durée d’assurance pour obtenir une pension à taux plein du régime de base de la Sécurité sociale.

Si vous ne remplissez pas ces conditions, le cumul emploi retraite est possible à condition que la somme de vos revenus (retraites personnelles obligatoires + salaire de reprise d’activité) ne dépasse pas :

  • soit un montant égal à 160 % du SMIC
  • soit le dernier salaire normal d’activité revalorisé
  • soit le salaire moyen de vos dix dernières années d’activité

À défaut, votre (vos) retraite(s) complémentaire(s) sera (seront) suspendue(s).

Cumul emploi retraite et cotisations retraite

Les cotisations salariales et patronales Agirc-Arrco sont prélevées sur les salaires des retraités reprenant une activité.
Les assiettes et les taux de cotisation sont identiques à ceux appliqués pour l’ensemble des salariés. Ces cotisations ne permettent pas d’obtenir de nouveaux points de retraite Agirc-Arrco.

Dans tous les cas, avant de reprendre une activité, prenez contact avec votre caisse de retraite.

Pour en savoir plus, contactez votre caisse de retraite complémentaire.

Avec l'AGIRC-ARRCO, AG2R LA MONDIALE, MALAKOFF HUMANIS, ALLIANCE PROFESSIONNELLE RETRAITE (AGRICA, AUDIENS, B2V, IRP AUTO, LOURMEL, PRO BTP), KLESIA, IRCEM, APICIL, CRC, CGRR, IRCOM, BTPR, agissent pour votre retraite complémentaire
Bonjour ! Je suis votre assistant virtuel Mémo, puis-je vous aider ?